J'accepte Je refuse

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins publicitaires. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales

Menu
Juri'Predis, le moteur de recherche jurisprudentielle
doté d'intelligence artificielle
recherche - pertinence - stratégie

Qu'est-ce que la coutume en droit ?

Au même titre que l'on se demande si la jurisprudence est une source de droit, on se demande ce qu'est la coutume en droit ?

« En droit, la coutume ou règle coutumière est une règle issue de pratiques traditionnelles et d’usages communs consacrés par le temps et qui constitue une source de droit.

Reconnue par les tribunaux, elle peut suppléer la loi ou encore la compléter, à condition de ne pas aller à l’encontre d’une autre loi ». 

Usage et coutume

En d’autres termes, pour être assimilé à une coutume, un usage doit répondre à deux critères cumulatifs :

  • L’élément matériel, c’est-à-dire la répétition d’un comportement dans le temps, « une fois n’est pas coutume » et largement connu de ceux qu’il concerne.
  • L’élément psychologique, la règle coutumière doit avoir été considérée comme obligatoire.

La coutume interagit de différente manière avec la loi

Tout d’abord, la loi peut dans certains cas renvoyer directement à la coutume. On définit alors la coutume comme « secundum legem ».

Par exemple en droit des biens, la coutume est déterminée en fonction de la preuve de la plantation dans une terre. (voir la jurisprudence de la 3ème chambre civile de la Cour de cassation, du 14 février 1984).

S’agissant d’une délégation de pouvoir du législateur à la coutume, celle-ci a même force obligatoire que la loi.

La coutume et les lacunes de la loi

La coutume peut également venir combler les lacunes de la loi, on parle ici de coutume praeter legem, mais ces cas sont extrêmement rares. Il faut que l’inaction du législateur soit assez longue pour remplir le critère de l’élément matériel, et qu’ainsi la coutume s’installe.

On peut toutefois trouver l’exemple de la femme mariée qui porte le nom de son conjoint alors qu’aucun texte ne le prévoit expressément.  (Aujourd’hui l’article 264 du code civil fait mention de la perte d’usage du nom de l’autre en cas de divorce, sans évoquer son acquisition).

La coutume contraire à la loi

Enfin, la coutume peut-être contraire à la loi, cependant dans ce cas de figure, elle ne sera pas autorisée. Il existe toutefois des exceptions appliquées par la jurisprudence, et ayant valeur de règle de droit.

C’est le cas notamment du don manuel (lorsqu’on transmet un bien de main à main, comme d’une somme d’argent ou un objet), interdit à l’article 921 du code civil et qui exige que toute donation soit faite par acte notarié.

Aller plus loin dans la jurisprudence est-elle une source de droit ?

Valeurs ajoutées

Pourquoi utiliser Juri'Predis

Recherche
en langage naturel

Gain
de temps

Pertinence
des résultats optimisée

Performances
stratégiques accrues

Testez Juripredis

Tester gratuitement pendant 15 jours